Qu’est-ce que la Gouvernance ?

Gouverner c’est décider, et la décision est nécessaire à l’évolution. Mais dans un réseau décentralisé, les décisions n’émanent pas d’une autorité centrale. Alors, comment se gouverne un peuple sans chef ? Il s’exprime, et Tezos l’aide à se faire entendre.

L’apport d’évolutions sur une blockchain est souvent problématique au sein de sa communauté. Notamment lorsque des enjeux ou des philosophies s’opposent. Partant de ce constat, Tezos a pris en main l’organisation de sa propre Gouvernance. En incluant les évolutions du protocole au sein d’un processus formel, Tezos propose à sa communauté, un moyen civilisé de s’exprimer. A travers le processus d’amendement, les parties prenantes peuvent gouverner le protocole et participer à son évolution.

Un autre avantage notable de la gouvernance « on-chain », est la présence de règles. Une gouvernance ne peut s’inscrire à long terme si elle est uniquement informelle. En effet, en l’absence de règles et de process formels rend la blockchain sensible aux attaques sociales. De la même manière que les organisations présentant des défauts de process, montrent un fort risque de social engineering.

Ainsi la gouvernance on-chain a deux avantages : permettre l’évolution du protocole d’une manière civilisée, et protéger le consensus des attaques sociales.

Comment fonctionne la Gouvernance sur Tezos ?

Tout détenteur de Token, détient les droits de vote qui lui sont associés. Simplement, 1 XTZ = 1 vote. Les votants sont les Valideurs du réseau, aussi connu sous le nom de « Bakers » ou « Délégués » (Cf : Qu’est-ce que le Baking). Ainsi, les Tokens permettent aux parties prenantes d’exprimer leurs positions. Mais pour s’exprimer, il faut connaître les propositions, puis en débattre et enfin voter ! Alors comment ça fonctionne ?

Le processus d’amendement comporte 4 phases, qui répondent à 4 questions : Quelle est la meilleure proposition parmi les propositions formulées ? Cette proposition est-elle pertinente, et doit-elle faire l’objet de tests ? La proposition testée est-elle techniquement valable et fiable ? Cette proposition pertinente et valable doit-elle est adoptée ?

  • D’abord, des propositions d’évolution sont formulées par certains participants. Ensuite, les participants prennent connaissance de ces propositions, et se positionnent en votant. Bien entendu, avant de voter ils s’assurent d’avoir bien compris les impacts des propositions à travers les débats organisés. La proposition qui récolte le plus de votes, passe à la deuxième phase.
  • Puis, les participants s’expriment sur la proposition la mieux classée pendant la phase précédente. Si la participation aux votes atteint le quorum et qu’une supermajorité de 80% non absentionniste approuvent la proposition, alors elle passe à la phase de tests.
  • Ensuite, la proposition est testée via la création d’un environnement de tests, fonctionnant en parallèle de l’environnement réel. L’objectif est d’évaluer si la proposition est un amendement valable au protocole, et de mieux connaître ses propriétés.
  • Enfin, selon le comportement de la proposition, les participants votent une dernière fois pour décider d’adopter ou non l’amendement. Les conditions de quorum et de supermajorité sont nécessaires pour adopter la proposition.

A savoir

Athènes est le premier amendement a avoir formulé les premières propositions pour faire évoluer le protocole.

Afin d’entretenir la dynamique d’évolution, les propositions effectuées par les participants sont accompagnées d’une facture. Si la proposition est adoptée, alors le participant à l’origine de cette proposition est récompensé.

Aujourd’hui, les droits de Vote ne sont pas dissociés des droits de Baking. En d’autres termes, il faut être Baker pour voter. A moins qu’une proposition visant à changer ces paramètres, ne soit formulée et acceptée.